Very Bad Girl http://verybadgirl.journalintime.com/ fr 2017-03-24T17:30:00+01:00 http://verybadgirl.journalintime.com/La-fin-de-la-faim-emotionnelle La fin de la faim émotionnelle J'en ai marre. Ca fait un an que ça dure. J'ai des compulsions alimentaires émotionnelles qui détruisent autant mon corps que mon moral. En un an, j'ai pris 10 kilos. Certes, ce n'est pas si grave, car j'avais besoin de ces kilos (j'étais maigre et n'avait aucune forme féminine), mais ça m'énerve, ça continue. Ou plutôt, je continue. Je continue à me réconforter avec la nourriture, en particulier les aliments plaisir du type chocolat, biscuits, tout ça... Et comme je fonctionne à la règle du "tout ou rien", il suffit que je fasse un petit écart pour que je me dise "bon bah, de J’en ai marre. Ca fait un an que ça dure. J’ai des compulsions alimentaires émotionnelles qui détruisent autant mon corps que mon moral. En un an, j’ai pris 10 kilos. Certes, ce n’est pas si grave, car j’avais besoin de ces kilos (j’étais maigre et n’avait aucune forme féminine), mais ça m’énerve, ça continue. Ou plutôt, je continue. Je continue à me réconforter avec la nourriture, en particulier les aliments plaisir du type chocolat, biscuits, tout ça… Et comme je fonctionne à la règle du "tout ou rien", il suffit que je fasse un petit écart pour que je me dise "bon bah, de toute façon j’ai fait un écart, alors autant continuer !". Et voilà comment, au final, je prends encore du poids.

Ces compulsions ont commencé à s’installer l’année dernière, après 1 an de régime végétalien (pas de viande, ni poisson, ni œufs, ni lait, ni miel). Pendant 1 an et pour des raisons éthiques, je m’étais privée de plein de choses que j’aimais : la majorité des desserts (faits avec du lait et des œufs) et la majorité des plats… Au début ça n’était pas dur du tout mais au fil des mois je sentais une frustration de plus en plus grande s’installer en moi et que j’essayais d’ignorer. En vain, car mon corps a repris le dessus en mars 2016, en raison de la fin d’année scolaire et des examens qui approchaient. Le stress a donc pris le dessus à ce moment là, et malgré moi je me suis rejetée après tout ce temps sur le chocolat et les biscuits qui me manquaient tellement émotionnellement. Je me suis alors rendue compte que c’était vraiment réconfortant comme type d’aliment, et tellement bon, surtout après 1 an ! C’est à partir de là que les compulsions alimentaires se sont installées, jusqu’à devenir une mauvaise habitude que je traine encore aujourd’hui.

Le bon côté des choses, c’est que, par rapport à il y a un an, mes compulsions sont moins régulières. Je prends donc moins rapidement du poids, mais tout de même… Je ne suis pas particulièrement complexée par mon corps actuel, car comme je l’ai dit, il avait besoin de ces kilos, et à présent j’ai des formes et un poids qui correspond à la normale. Néanmoins, j’aimerais vraiment pouvoir une bonne fois pour toute éradiquer ces compulsions et redevenir équilibrée, et également apprendre à gérer mes émotions autrement qu’en grignotant. Car je le sens sur ma forme : mon souffle est moins bon, je suis beaucoup moins ferme et moins musclée qu’auparavant (forcément), et je me fatigue vite vu que je n’arrête pas de manger des sucres rapides dénudées de tout nutriment. C’est d’ailleurs ce que je viens de faire toute l’après-midi, pour combler l’ennui : grignoter, grignoter, grignoter, encore et encore.

J’aimerais reperdre une partie des kilos que j’ai pris. Pas tous, car je trouve que mon corps est joli et plaisant avec des formes. Mais pour l’instant les formes que j’ai prises sont trop souples et je trouve ça plus joli un corps plus ferme et plus sportif, sans que ça aille dans l’excessif non plus. Un corps à la Lara Croft en fait.

En général, mes compulsions sont le week-end, car j’ai le temps de m’ennuyer et donc de grignoter. Certes, cette après-midi, je n’ai pas fait attention à moi. Mais je veux que le reste du week-end se passe bien. Je veux être fière de moi, prendre soin de moi, avoir confiance en moi. Je veux retrouver la forme, et pas simplement pour l’été, mais pour la garder sur le long terme. Alors, pour une fois, je vais faire un effort. Un VRAI effort. Je vais arrêter de jouer au jeu du "tout ou rien" mais plutôt jouer au jeu du "tout en équilibre". Et cette fois, après un an à perdre et à recommencer à zéro à chaque fois, je ne vais pas me laisser abattre et mettre un gros GAME OVER à ces compulsions abusives et qui sont d’ailleurs parfois dénudées de plaisir.

Alors maintenant je le dis, je l’écris : je remets une dernière fois le jeu en route.
Je vais puiser mon inspiration dans le personnage de Lara Croft que j’adore, et ma force dans moi-même.
Et après toutes ces parties perdues, je vais enfin gagner.

]]>
2017-03-24T17:30:00+01:00
http://verybadgirl.journalintime.com/19-mars-2017 J'ai le droit d'être celle que je voudrais être Ce soir, j'ai cherché un endroit en ligne où je pourrais m'exprimer en restant totalement anonyme. J'ai pensé à faire un blog, mais je n'aime pas trop ça. Alors, j'ai trouvé ce site. Il m'a l'air plutôt pas mal, en plus, on peut partager ou cacher nos écrits comme bon nous semble. J'aime beaucoup le concept, alors je me suis inscrite. Je ne sais pas si j'ai encore l'âge d'écrire un journal intime. D'un autre côté, je me dis qu'il n'y a pas d'âge pour écrire. Et puis, je ne suis pas vieille, juste jeune adulte. Mais j'ai l'impression qu'avoir un "journal intime", c'est un peu Ce soir, j’ai cherché un endroit en ligne où je pourrais m’exprimer en restant totalement anonyme. J’ai pensé à faire un blog, mais je n’aime pas trop ça. Alors, j’ai trouvé ce site. Il m’a l’air plutôt pas mal, en plus, on peut partager ou cacher nos écrits comme bon nous semble. J’aime beaucoup le concept, alors je me suis inscrite.
Je ne sais pas si j’ai encore l’âge d’écrire un journal intime. D’un autre côté, je me dis qu’il n’y a pas d’âge pour écrire. Et puis, je ne suis pas vieille, juste jeune adulte. Mais j’ai l’impression qu’avoir un "journal intime", c’est un peu comme rester une enfant. Enfin, peu importe. J’aime écrire, et surtout, j’en ai besoin, c’est le plus important.
Pour moi, l’écriture c’est le cœur qui éclate en silence. Et j’ai besoin ce soir de le faire éclater un petit peu.

J’ai juste envie de me dire que j’ai le droit d’être celle que je voudrais être. Que peu importe ce que j’ai fait dans ma vie jusqu’à aujourd’hui, j’ai le droit de faire mes propres choix à présent. Surtout si je suis une jeune adulte, je crois que c’est le moment.
J’ai le droit d’être indépendante. J’ai le droit d’être séduisante. J’ai le droit d’être sûre de moi. J’ai le droit d’avoir confiance en moi. J’ai le droit de prendre soin de moi, de ma peau, de mon corps, et de cesser de me traiter parfois comme si j’étais une poubelle. J’ai le droit de m’affirmer. J’ai le droit d’être attirante, mais d’être inaccessible aussi. J’ai le droit de dire non. J’ai le droit d’assumer mes choix. J’ai le droit d’être forte. J’ai le droit de ne pas avoir peur. J’ai le droit d’utiliser mes atouts. J’ai le droit de m’exprimer. J’ai le droit de dire ce que je pense, à condition de le faire de manière adéquate. J’ai le droit d’être enfin une fille ou une femme bien dans sa peau. J’ai le droit de faire ce que je veux, tant que ça ne fait de mal à personne. J’ai le droit de profiter de ma jeunesse, ou même tout simplement de ma vie. J’ai le droit de saisir les opportunités, même celles qui me paraissent parfois risquées. J’ai le droit d’affronter le danger. J’ai le droit d’essayer de nouvelles choses. J’ai le droit de rencontrer des nouvelles personnes. J’ai le droit d’avoir des relations différentes de toutes celles que j’ai déjà eu auparavant. J’ai le droit de m’amuser. J’ai le droit de me méfier. J’ai le droit de défier les autres et de les affronter. J’ai le droit de me débrouiller. J’ai le droit de sourire, ou de tourner les yeux. J’ai le droit de penser à moi. J’ai le droit d’être imparfaite. J’ai le droit de ne pas être aimée de tout le monde. J’ai le droit d’être moi-même, tout simplement.

A partir de demain matin, j’aimerais exercer tous mes droits. J’en ai tellement, qu’est-ce que j’attends encore ? Qu’est-ce que j’attends encore pour prendre soin de moi comme je le souhaite, qu’est-ce que j’attends encore pour profiter de toutes les rencontres que la vie m’offre, qu’est-ce que j’attends encore pour profiter de la vie comme si c’était ma dernière vie ?
Je ne veux plus attendre. Demain matin, dès l’aube, je vivrai ma dernière vie. Et tous les jours suivants aussi. Alors je veux la vivre comme je suis.

]]>
2017-03-19T21:08:00+01:00